LA FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

Cette formation SST prépare le sauveteur secouriste du travail à intervenir rapidement et efficacement lors d’une situation d’accident du travail dans l’établissement ou dans la profession. Cette formation permet d’acquérir les connaissances pour apporter les premiers secours et les conduites à tenir en attendant l’arrivée des secours.

La formation s’adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 14 heures.

Les temps indiqués sont des temps de face à face pédagogique effectif.

LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL

Les principaux indicateurs de santé au travail dans l’établissement ou dans la profession.
Le rôle du sauveteur secouriste du travail.
La réglementation en matière de formation et d’intervention du SST.

RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTÉGER

Formation générale à la prévention
Connaître le mécanisme de l’accident : appréhender les concepts de danger, situation dangereuse, phénomène dangereux, dommage, risque, …
Connaître les principes de base de la prévention.
Face à une situation d’accident du travail, le sauveteur secouriste du travail doit être capable de :
Identifier les dangers réels ou supposés dans la situation concernée.

Reconnaître, sans s’exposer lui-même, les dangers persistants éventuels qui menacent la victime de l’accident et/ou son environnement.
Identifier les dangers dans la situation concernée.
Repérer les personnes qui pourraient être exposées aux dangers identifiés.

Supprimer ou isoler le danger ou soustraire la victime au danger sans s’exposer lui-même.
Définir les actions à réaliser permettant la suppression du (des) dangers identifié(s).
Repérer les matériels spécifiques permettant cette suppression.
De « PROTÉGER » à « PRÉVENIR »
Mettre en évidence la similitude des compétences attendues, aussi bien en matière de protection qu’en matière de prévention.

Face à une situation d’accident du travail, le sauveteur secouriste du travail doit être capable de :
Repérer les dangers dans une situation de travail.
Observer l’environnement et identifier les dangers supposés dans la situation de travail concernée.
Repérer les personnes qui pourraient être exposées aux dangers identifiés.

EXAMINER LA VICTIME ET FAIRE ALERTER

Face à une situation d’accident du travail, le sauveteur secouriste du travail doit être capable de :
Examiner la(les) victime(s) avant et pour la mise en œuvre de l’action choisie en vue du résultat à obtenir.
Reconnaître, suivant un ordre déterminé, la présence d’un (ou plusieurs) des signes indiquant que la vie de la victime est menacée.
Associer au(x) signe(s) décelé(s) le(s) résultat(s) à atteindre.
Dans le cas où il y a manifestation de plusieurs signes, l’ordre de priorité des résultats à atteindre.

Faire alerter, ou alerter en fonction de l’organisation des secours dans l’entreprise.
Définir les différents éléments du message d’alerte qui permettront aux secours appelés d’organiser leur intervention.
Définir en fonction de la présence ou non de témoin et de l’état de la victime, le moment le plus opportun pour transmettre le message d’alerte.
Choisir, parmi les personnes présentes et selon des critères prédéfinis, celle qui est la plus apte pour déclencher l’alerte.
Identifier, en fonction de l’organisation de l’entreprise, qui alerter et dans quel ordre.
Donner à la personne choisie les éléments du message et les consignes pour assurer une transmission efficace.
Favoriser l’accès des secours et l’acheminement de moyens adaptés au plus près possible de la victime, dans le respect de l’organisation des secours dans l’entreprise.

De « FAIRE ALERTER » à « INFORMER »

Cette séquence est la suite logique de la séquence « de PROTEGER à PREVENIR ». Elle doit permettre le glissement de la formation à l’action « FAIRE ALERTER » vers l’action « INFORMER ».
La mise en application de cette démarche est continue tout au long de la formation et plus particulièrement dans l’exploitation des mises en situation d’accident simulé.

Face à une situation d’accident du travail, le sauveteur secouriste du travail doit être capable de :
Informer son responsable hiérarchique et/ou la (les) personne(s) chargée(s) de prévention dans l’entreprise ou l’établissement, de la/des situation(s) dangereuse(s) repérée(s).

Rappel réglementaire :

L’obligation de formation SST : 1 personne pour 20 salariés occupant un poste dangereux et pour chaque atelier (R 4224-15) devra être Sauveteur Secouriste du Travail ou de manière plus générale, on parle de 15 à 20% de l’effectif
A qui s’adresser pour mettre en place une formation SST ? Aux organismes habilités par l’INRS dont le Groupe ACN
Quelle est la fréquence des recyclages SST ? Les salariés SST devront être recyclés tous les 24 mois
Conditions de mise en place d’une formation SST : groupe de 4 à 10 personnes sur une durée totale de 14 heures
Sous quel délai mettre en place la formation SST ? La CRAMIF recommande un délai de 1 mois

Une question? Nous sommes à votre disposition…

A très bientôt,
L’équipe ACX Conseil

La mise en conformité a permis à ACX Conseil:

De mettre en place les bonnes pratiques de sécurité et de confidentialité des données que nous traitons.

De bannir le “fake data”.

De nous assurer des partenaires responsabilisés.

Mais surtout le plus important pour nous, conserver votre confiance.

ACX Conseil vous accompagne en toute sécurité et continuera de protéger les données personnelles que vous nous confiées.

Focus :

Qu’est-ce que le RGPD ? Quelles conséquences pour vous ?

ACX Conseil doit mettre en œuvre les mesures de sécurité des locaux et des systèmes d’information pour empêcher que les fichiers soient déformés, endommagés ou que des tiers non autorisés y aient accès.

Prendre toutes les mesures nécessaires au respect de la protection des données personnelles dès la conception du service.

Ainsi, nous sommes tenus de limiter la quantité de données traitée dès le départ (principe dit de « minimisation ») et nous devons démontrer cette conformité à tout moment.
L’accès aux données est réservé uniquement aux personnes désignées.

Les obligations déclaratives sont toutes supprimées.

Quelles sont nos obligations d’information :

ACX Conseil doit informer la personne concernée de :

L’identité du responsable du fichier ; la finalité du traitement des données ; le caractère obligatoire ou facultatif des réponses ; les droits d’accès, de rectification, d’interrogation et d’opposition ; les transmissions des données.

Nous devons :

Recueillir l’accord des clients ; informer les clients de leur droit d’accès, de modification et de suppression des informations collectées ; veiller à la sécurité des systèmes d’information ; assurer la confidentialité des données ; indiquer une durée de conservation des données.

Nos actions:

Nous sommes en adéquation avec le RGPD, et vous garantissons le suivi de chaque obligation et recommandation.

Ainsi nous protégeons l’ensemble de vos données. Mais pas que…

ACX Conseil a mis en place des pare feu (firewall) permettant de faire respecter la politique de sécurité du réseau, celle-ci définissant quels sont les types de communications autorisés sur notre réseau informatique. Il surveille et contrôle les applications et les flux de données.

Pare feu virtuel à travers nos logiciels, mais aussi pare feu physique. Celui-ci vient compléter la protection de nos échanges (mails et autres), et propose une solution de sécurité bien plus stable et performante. La sécurité renforcée et accrue du pare-feu matériel va nous permettre de vous garantir des échanges sécurisés en toute situation.

ACX Conseil vous accompagne en toute sécurité et continuera de protéger les données personnelles que vous nous confiées.
N’hésitez pas à nous contacter.

A très bientôt,
L’équipe ACX Conseil

Source : https://www.service-public.fr

Votre entreprise a des obligations. Celles-ci sont mentionnées par le code du travail.

Nous vous proposons un résumé des obligations du code du travail sur les formations incendie:

Code du travail :

Article R. 4227-28
L’employeur prend les mesures nécessaires pour que tout commencement d’incendie puisse être rapidement et efficacement combattu dans l’intérêt du sauvetage des travailleurs.

Article R. 4227-37
Dans les établissements mentionnés à l’article R. 4227-34, une consigne de sécurité incendie est établie et affichée de manière très apparente

Article R. 4227-38
La consigne de sécurité incendie indique :1° Le matériel d’extinction et de secours qui se trouve dans le local ou à ses abords ;2° Les personnes chargées de mettre ce matériel en action ;3° Pour chaque local, les personnes chargées de diriger l’évacuation des travailleurs et éventuellement du public ;4° (Décret n° 2011-1461 du 7 novembre 2011) « Les mesures spécifiques liées à la présence de personnes handicapées, et notamment le nombre et la localisation des espaces d’attentes sécurisés ou des espaces équivalents » ;5° Les moyens d’alerte ;6° Les personnes chargées d’aviser les sapeurs-pompiers dès le début d’un incendie ;7° L’adresse et le numéro d’appel téléphonique du service de secours de premier appel, en caractères apparents ;8° Le devoir, pour toute personne apercevant un début d’incendie, de donner l’alarme et de mettre en œuvre les moyens de premier secours, sans attendre l’arrivée des travailleurs spécialement désignés.

Article R. 4227-39
La consigne de sécurité incendie prévoit des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels les travailleurs apprennent à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d’alarme générale (Décret n° 2011-1461 du 7 novembre 2011) « à localiser et à utiliser les espaces d’attente sécurisés ou les espaces équivalents », à se servir des moyens de premier secours et à exécuter les diverses manœuvres nécessaires.

Ces exercices et essais périodiques ont lieu au moins tous les six mois. Leur date et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont consignées sur un registre tenu à la disposition de l’inspection du travail.

ACX Conseil vous recommande à minima:

De former l’ensemble de vos salariés, par roulement si nécessaire, à la “manipulation d’extincteurs” et aux manœuvres de base.

De renouveler tous les 3 ans cette formation.

De choisir les membres de l’équipe d’évacuation, et leur dispenser une “formation évacuation”.

D’organiser une simulation d’alerte incendie tous les 6 mois (en interne ou en faisant appel à un Organisme de Formation).

Pour les entreprises de moins de 50 salariés, nous vous conseillons de former tous vos salariés à la manipulation d’extincteurs.

A ce titre, la formation Équipier de Première Intervention prépare votre personnel à être capable de faire face à un feu naissant en utilisant les moyens de secours comme les extincteurs, mais également de procéder à l’évacuation de l’établissement en utilisant la méthodologie des guides et serre-file.

Vos employés seront donc capables d’intervenir pour combattre un début d’incendie.

La formation comprend le module théorique sur la combustion et les moyens d’extinction. Mais également la manipulation des extincteurs sur feu réel, des RIA, et des exercices de mises en situation simulées. C’est une formation orientée essentiellement sur la pratique.


ACX Conseil vous rappelle que le Comité social et économique (CSE) doit être mis en place d’ici au 31 décembre 2019, dans les entreprises d’au moins 11 salariés. 


Il s’agit d’une obligation mise en place par le ministère du travail.

Composé de l’employeur et d’une délégation du personnel élue pour un mandat de 4 ans, il va remplacer les actuels délégués du personnel dans les entreprises d’au moins 11 salariés et les trois instances, délégués du personnel, comité d’entreprise et CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) dans les entreprises d’au moins 50 salariés.

Les représentants du personnel du CSE sont appelés à traiter les questions sociales et économiques. C’est aussi le cas pour les dossiers en lien avec l’hygiène et la sécurité au travail. Les délégués du comité social et économique ont ainsi hérité des anciennes missions jusqu’alors dévolues au Comité d’Entreprise (CE), aux Délégués du Personnel (DP) et au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Pour aborder l’ensemble des prérogatives du comité social et économique, il est nécessaire d’être formé et d’être assisté. Les élus doivent suivre une formation CSE de 3 à 5 jours en fonction des besoins, ACX Conseil est à votre disposition pour répondre à vos demandes de formations. Une fois formés, les élus pourront aussi s’appuyer sur une véritable assistance juridique du CSE pour disposer en permanence, des réponses à leurs nombreuses questions pratiques.

Les élus du comité social et économique doivent représenter les salariés dans de nombreux domaines. Ils sont en lien avec la direction en permanence. Le CSE est informé et consulté régulièrement tout au long de son mandat.


Le CSE dans les entreprises de 11 à 49 salariés

La mise en place d’un CSE est obligatoire dans les entreprises dès lors que l’effectif est atteint pendant 12 mois consécutifs.

Le CSE reprend pour l’essentiel les missions et attributions principales des délégués du personnel, la présentation des réclamations individuelles et collectives des salariés, à l’application du Code du travail et des autres dispositions légales, ainsi que les conventions et accords applicables dans l’entreprise.

Certaines missions propres aux délégués du personnel sont supprimées: le droit d’alerte en matière de santé et de sécurité, la consultation de l’instance sur l’utilisation du crédit d’impôt, ainsi que les missions des délégués du personnel, en l’absence de CE, en matière de formation professionnelle.

Le CSE dans les entreprises d’au moins 50 salariés

A partir du seuil de 50 salariés, le CSE exerce les missions dévolues aux Délégués du Personnel (DP), au Comité d’Entreprise (CE) et au
comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Ce seuil est franchi lorsque l’effectif de 50 salariés est atteint ou dépassé pendant 12 mois consécutifs.

En cas de franchissement du seuil de 50 salariés, à l’issue des élections, l’employeur dispose d’un délai de 1 an pour se conformer à l’intégralité de ses obligations récurrentes d’information et de consultation.

Dans les entreprises ou établissements distincts d’au moins 300 salariés, une commission spécifique traitant des questions d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail est obligatoire.

Nous sommes à votre disposition pour toutes demandes de renseignements. Contactez-nous, nous serons ravis de vous renseigner.